Aller au contenu principal

L'évolution

Aujourd'hui, les caméras sont dotées de capteurs permettant de détecter des mouvements, des sons, d'identifier des visages ou encore de faire sonner des alarmes.

Levée de doute

Lorsqu'un incident survient, les caméras dotées de technologie analytique  détectent le feu, l'intrusion, etc...  et envoient les images à un opérateur.

CNIL et Règlementations

L’usage des dispositifs de vidéosurveillance est soumis à plusieurs régimes juridiques.

D’après une expérience menée par la BBC, il faut 7 minutes aux caméras de vidéosurveillance pour identifier un individu grâce à la reconnaissance faciale.

Si ses capacités sont souvent jointes à des services comme le déverrouillage de l’iPhone ou l’identification Facebook, la reconnaissance faciale a d’autres cartes dans sa manche. En Chine, plus de 170 millions de caméras de vidéosurveillance sont installées à ce jour, et 400 millions de plus devraient l’être dans les 3 années à venir. C’est à Guiyang qu’un journaliste de la BBC s’est frotté à la reconnaissance faciale pour une expérience.

Avec la complicité des autorités de la ville, sa photo a été imprimée et intégrée à la base de données des habitants de Guiyang. Pour les autres habitants, ils n’ont pas eu besoin de séance photo puisque les policiers ont exploité celles de leurs papiers d’identité pour constituer la base. Ensuite, les autorités ont catégorisé le journaliste comme étant recherché et celui-ci est allé se promener dans la ville. Il explique que dès sa descente de la voiture, il a tout de suite repéré des caméras et a tout de suite senti que « ça ne ser[vait]à rien d’essayer de se cacher ici ». En tout, il aura fallu sept minutes pour qu’ils soient reconnu, identifié par les caméras CCTV, puis entouré de policiers dans la rue.

 

Source : TechCrunch